ACCUEIL

Pour appuyer le développement de la chaîne de valeur de la mangue et le secteur de l’alimentation animale dans la zone agro-écologique de Sikasso-Bamako-Koulikoro, plusieurs opérateurs ou organisations privés dans les secteurs formel et/ou agro-industriel ont été identifiés.

Le gouvernement a mené des consultations avec des représentants clés des opérateurs du secteur privé en vue de prioriser les contraintes qui freinent l’amélioration de leur compétitivité. Le projet va contribuer à renforcer leurs capacités de façon à leur permettre de développer pleinement leur potentiel de croissance...

ico_1_1

Cereales
pour Animaux

ico_2_1

Pour Différents
Bétails

ico_4_1

Meilleurs
capacités de transformation

ico_3_1

Techniques
Modernes

Filière Mangue

Ces dernières années, le Mali a atteint une capacité totale de transformation de 85 000 t (principalement pulpe, mais aussi mangue séchée et jus de mangue), cependant l’offre de mangues exportables est stagnante

Sur les 600 000 t produites dans le pays en 2015, à peine 38 000 t ont été disponibles pour exportations (6% du total ou 11% des variétés exportables).

Le premier segment agroindustriel d’intérêt est la chaîne de valeur mangue (fraîche, transformée et mangue sèche), avec un clair avantage compétitif international (lié à sa qualité supérieure et à la période de récoltes), cela représentant un potentiel important à libérer pour développer pleinement les capacités de transformation et d’exportation existantes, qui à l’heure actuelle sont sous-exploitées.

Chaîne de valeur Alimentation Animale

La production d’aliments pour animaux a un fort potentiel pour établir un secteur agro-industriel tiré par la production moderne de bovins, moutons, chèvres, et volaille.

Pendant longtemps, le Mali a été un centre majeur en Afrique de l’Ouest pour l’élevage du bétail. Le pays possède plus de 10 millions de têtes de bovins, et 34 millions d’ovins et de caprins ; et le secteur représente approximativement 10 % du PIB du Mali.

Cependant, à l’heure actuelle, moins de 0,5 % de ces animaux sont utilisés aux fins d’embouche. Ce chiffre augmentera de façon exponentielle avec l’urbanisation continue du pays (+5 %/an de taux d’urbanisation) et la demande pour des produits animaliers (viande, produits laitiers et œufs de qualité) qui augmente (par exemple, +12 %/an pour la viande de poulet de chair, +9 %/an pour les œufs de poulet, et +30 %/an pour l’embouche bovine). La production industrielle d’aliment bétail devrait suivre (avec + de 50 000 t de production par an d’ici 2020).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *